• Catholique non pratiquant

    Télécharger « mod_article1787329_4f3ea7b6cdd41.pps »


    "Catholique non pratiquant", voilà comment beaucoup de nos contemporains se présentent. 65% des français se présentent ainsi. La non pratique est un défi pour l'Eglise. Benoît XVI l'aborde à sa manière en souhaitant que les chrétiens retrouvent le sens du dimanche. A voir la petite fréquentation des offices dominicaux, il y a de quoi s'inquiéter. Pourtant je pense que cette situation, bien que désespérante, n'est pas désespérée. En effet ne suffirait-il pas que l'environnement socio-politique change ? Ces dernières decennies, une sorte de consensus existait sur le principe d'une obligation de discrétion concernant son appartenance religieuse. Or ce concensus est en cours de remise en cause par l'arrivée en masse d'une nouvelle réalité religieuse qui semble méconnaître l'obligation de discrétion. Cette nouvelle donne peut engendrer une réaction identitaire qui se traduira, entre autre, par un retour à la pratique chez beaucoup de ces "catholiques non pratiquants". Cette évolution quantifiable sera de nature à rassurer ceux qui observent la vitalité de l'Eglise d'un point de vue mathématique. Mais qu'en sera-t-il de la profondeur, la sincérité, de l'adhésion de foi ? Il me semble que dès maintenant l'Eglise, en France et en Europe sûrement, doit se préparer à accompagner se mouvement afin de le nourir en profondeur dans la foi. Pour ce faire, elle a un trésor de traditions à sa disposition ; les dévotions populaires.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :