• DU BESOIN A L'EDUCATION

    BESOIN / DESIR / PROJET / EDUQUER

     

    I    DU BESOIN A L’EDUCATION

                Qu’est-ce qu’un besoin ? De façon très « simpliste », on peut dire qu’un besoin est ce qui s’exprime de façon incompressible ou presque. En psychologie on dira compulsif.

    Dès le début de son existence terrestre, l’homme exprime des besoins. En effet, le nourrisson ne fait pas autre chose en pleurant ou criant en réaction a des besoins vitaux qui s’imposent à lui : la faim, la soif, le sommeil, etc…

    Ce n’est que plus tard, selon ses capacités, que l’enfant exprimera ses besoins par les actes (tester, découvrir…) et la parole (expression orale, gestuelle ou autre)

     

    On peut classer les besoins en quatre catégories :

     

    BESOINS

    NB : liste non exhaustive à compléter.

    VITAUX

    (physiologiques)

     

    ò La faim ;

    ò La soif ;

    ò Le sommeil ;

    AFFECTIFS

    (psychologique)

    Ultérieurement, il leur sera donné le nom de geste d’ AMOUR.

    òDouceur ;

    ò Sécurité ;

    ò Attention

    ò Reconnaissance ;

    ò Confiance ; Etc…

    DE SECURITE

    (autre qu’affective)

    Les 2 derniers points sont les lieux où se jouera l’ AUTONOMISATION

    ò Protection ;

    ò Respect ;

    ò Règles ;

    ò Repères ; Etc…

    DE GANDIR

    (épanouissement)

     

    ò Découvrir/Liberté ;

    ò Tester (épanouissement de 5 sens) ;

    ò S’exprimer ;

    ò Comprendre ;

    ò Jouer ; Etc…

     

                Presque toujours, la satisfaction d’un besoin se fait par l’aide d’un tiers (cf. le nourrisson et sa maman). Le besoin doit donc être exprimé. Le nourrisson changera d’attitude ou pleurera par exemple.

    A mesure qu’il grandit, l’enfant apprend à communiquer ses besoins. Il est ainsi socialisé par la médiation d’un moyen de communication : le langage. L’expression des besoins par la médiation du langage et l’adaptation de ceux ci à une culture qui suggère ce qui convient ou non, ce qui se fait ou ne se fait pas, … leur fait subir une transformation (conversion) : Et le besoin se fait désir !

     

    En latin, « INFANS » signifie : « qui ne parle pas » et « EDUCARE » : « sortir de » Ainsi, on pourrait comprendre le mot EDUQUER comme : Sortir du silence, c’est à dire donner la possibilité de passer du besoin au désir.

    Cette évolution est indispensable à l’ « autonomisation » l’humanisation (au sens qui rend plus humain) de la personne qui découvre la nécessité de sa relation aux autres. Ici commence l’aventure de la RELATION.

     

                Progressivement, les besoins de l’enfant l’orientent de l’état de dépendance à l’état d’autonomie. L’analyse des besoins devenus désirs (exprimés par l’enfant ou son entourage) permettra de bâtir le projet pédagogique et d’animation. Le plus souvent, le projet se construit grâce à la rencontre des désirs de celui ou ceux qui le construisent et celui ou ceux qui en bénéficient.

    C’est pourquoi nous aborderons ci dessous, la question du Projet à partir des besoins.

     

     

    II     LE PROJET A PARTIR DES BESOINS OU DESIRS

     

                L’action éducative, si elle existe de fait dans la seule rencontre d’un enfant avec un adulte, est sujette de l’initiative de l’adulte qui ne peut faire autrement que de projeter ses désirs et images ou valeurs sur celui ou celle pour laquelle il souhaite agir ou non.

     

    S’il désire agir, l’adulte, ne peut agir qu’au nom de ses valeurs. Ici, nous entendrons par valeurs : un ensemble de références qui donnent sens au monde. Elles sont d’ordre politique, philosophique ou spirituelle (dans cette perspective, on peut dire qu’il n’y a pas d’éducation « neutre ». En conséquence, il serait bon de s’interroger sur les institutions ou association qui se disent «neutres»). Ces valeurs s’inscrivent dans un cadre d’action, elles sont par essence éthiques, morales puisqu’elles définissent ce qui est bien ou mal, beau ou moche, bon ou mauvais, …

     

                Sujet désirant, agissant au service de l’enfant, l’éducateur agit obligatoirement dans la rencontre d’un autre sujet (l’enfant, le jeune… ) qui a, lui aussi, ses propres désirs.

    Par voie de conséquences, le projet éducatif ou pédagogique de l’éducateur - animateur, s’il précède les attentes ou désirs du public auquel il s’adresse ne pourra faire l’économie d’une mise en adéquation avec les attentes ou désirs de ce dernier.

     

                Toute pédagogie, digne de ce nom vise l’EPANOUISSEMENT de la personne. Toutes les pédagogies veillent à satisfaire les besoins vitaux et fondamentaux et se proposent de les orienter en conformité avec les valeurs qui les sous-tendent.

    Ce projet d’épanouir, d’épanouissement, rejoint la progressive évolution des besoins de l’enfant qui s’orientent, nous l’avons vu ci dessus, de l’état de dépendance vers l’état d’autonomie.

     

     

                Ces deux notions semblent contradictoires :

     

    DEPENDANCE

    AUTONOMIE

    ò Sécurité

    ò Autorité, règles, limites

    ò Références, modèles,

    ò Etre guidé

    ò Communiquer, être écouté, partager,

    ò Amour, attention, être apprécié,

    ò Reconnu, soutien affectif,

    ò Se situer dans un groupe, être respecté, appartenir au groupe,

    ò Justice, égalité,

    ò Indépendance, se sentir responsable,

    ò Prendre des initiatives, s’affirmer, se différencier

    ò Etre soi même

    ò Liberté

    ò Bouger, s’amuser, se débrouiller,

    ò Evasion, s’exprimer, créer,

    ò Imaginer, rêver

    ò Solitude / intimité

     

    ò Prendre des risques, expérimenter,

     

                L’animateur, l’éducateur, veillera à répondre aux besoins ou désirs des enfants à partir de ses objectifs.

    Par exemple : à l’obligation légale de sécurité qui pourrait conduire à une forte dépendance par une approche trop sécuritaire de sa mission ; l’animateur veillera à responsabiliser, selon la progression du public auquel il s’adresse, afin de servir son projet d’autonomisation ou d’éclairer le désir d’autonomie du jeune.

     

                Une option pédagogique consistera donc dans l’art de faire se rencontrer et s’équilibrer les besoins ou désirs de l’enfant, du jeune avec ceux de l’éducateur. Pour éviter l’arbitraire, ce dernier privilégiera, pour les servir, les désirs déclinés dans son projet.

     

    P. Christophe BOUDEREAUX

     


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :