• LA MER et LA MARINE NATIONALE, AUMÔNIER DES ARMEES

    Articles :

    - ADO (Association pour le Développement des Oeuvres d'entraide dans l'armée)

    - ADOSM (Association de Développement des Oeuvres Sociales de la Marine)

    - Aumônier de la marine, mais que fait-il ?

    - Badges et Ecussons Militaires.

    - Bx Jean-Paul II aux militaires.

    - Cap Vrai.

    - Championnat International de sous-marins.  

    - Don au Diocèse aux Armées.

    - DRAPEAU (Poèsie : "Les larmes du Drapeau" et lettre au Procureur de la Rèpublique de Nice).  

    - En Mer (poème).  

    - Envoyez les Hélicos (conseil de lecture).

    - Foyers de la Marine Nationale (AsFoy).

    - Grades dans la Marine.

    - Grades et équivalences dans les armées françaises.

    - Gendarmerie Nationale.

    - Histoire du drapeau tricolore.

    - L'Humour en mer.  

    - La Loi de la Mer.  

    - La flamme du Soldat Inconnu.  

    - La Gendarmerie Nationale.

    - La sonnerie aux Morts (son origine).

    - Le Conservatoire et Dépôt des modèles de la Marine à Toulon.  

    - Les Abris du Marin.  

    - Les bénédictions de la mer et des bateaux.  

    - Maison Diocèsaine pour les Armées Françaises (une idée de dons).  

    - Onze Novembre 2011.  

     - Onze Novembre et Bretagne.

    - Oratoire Bx Daniel BROTTIER dans la chapelle St Vincent de Paul de l'arsenal de Toulon.

    - Plaques commémoratives dans les églises.

    - Prière du Marin.  

    - Prières d'Action Armée (rédigées lors de la mission Harmattan).  

    - Que font les soldats français en Afghanistan ? 

    - Quelques photos.  

    - Uniformes de la marine.

    - Sous la Mer.  

    - SNSM

    - Tapes de Bouche.  

    - Visite du Bohut sur FASM Montcalm. 

    - Vocabulaire Marin 

     

  • ADO (Association pour le Développement des Oeuvres d'entraide dans l'armée)

    ADO (Association pour le Développement des Oeuvres d'entraide dans l'armée)

    ADO (Association pour le Développement des Oeuvres d'entraide dans l'armée)

    ADO (Association pour le Développement des Oeuvres d'entraide dans l'armée)

    ADO (Association pour le Développement des Oeuvres d'entraide dans l'armée)

    ADO (Association pour le Développement des Oeuvres d'entraide dans l'armée)

     

     


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • BIBLIOGRAPHIES

    BIBLIOGRAPHIES



         

     

     

     

     

     

     

     

     

    Aumônier de la Marine, à quoi sert-il ?

           C'est à partir d'une modeste expérience de quelques semaines (j'ai rejoins la marine nationale le 1 septembre 2009) que j'écris ces quelques lignes. Cependant j'éprouve le besoin et le droit de répondre à cette simple question : "Mais à quoi sert l'aumônier dans la Marine Nationale ?"

          Premièrement : en forme de provocation, et comme pour tout aumônier (de milieu), je répondrais : à rien ! et c'est heureux.
    Dans notre monde où tout doit être justifié, rationnel et lucratif. N'est-ce pas le rôle de l'Eglise de proposer d'autres perspectives ? En effet, "les pensées de Dieu ne sont pas vos pensées", ne sont pas les pensées des hommes. Et puisque tout est vanité, "à quoi bon gagner la terre, au tombeau on emporte rien !"  

          Mais cette réponse ne satisfaira pas grand monde et surtout pas l'Etat-major des armées qui rend des comptes aux politiques de notre Etat laïque. Je vous propose donc d'autres réponses dans un ordre qui ne dit rien d'une primauté quelconque des idées qui vont suivres :

    - Etre signe de l'amitié humaine au nom du Seigneur. L'aumônier militaire, en ce sens, est "l'aumônier de tous" sans distinction du grade, de conviction, de religion, d'arme ou de spécialité. S'essayer à être l'ami, du plus grand nombre sinon de tous me semble être un défi que relève le "Padré" (ainsi appelle-t-on l'aumônier dans l'armée). Un Bonjour, un sourire, une phrase sympathique ou une blague sont les outils de base, chacun selon son style. Mais avant tout : "être avec" l'équipage aux assemblées, appels, exercices, ... et, pourquoi pas ?, des quarts (20-24h, 00-04h, 04-08h). Se tenir pret à rendre service, à écouter avec empathie, donner du temps, ....    

    - Etre signe d'une réalité invisible. Le "Padré", "Monsieur l'aumônier" est salué avec bienveillance alors qu'il n'est pas affecté à l'équipage en permanence. Il n'a pas d'utilité technique pour le bon fonctionnement du bateau, à ce titre on peut dire qu'il "n'est pas indispensable". Mais on lui parle et l'on sait qu'il ne répétera rien de secret ou qui puisse poser problème. D'une certaine manière, lui parler ressemble parfois à une réflexion à haute voie qui peut permettre de prendre de la hauteur avec ce qui préoccupe. L'aumônier c'est un "homme de Dieu" qui "s'il ne fait pas d'bien", "ne fait pas d'mal" non plus. Sans grade, l'aumônier a des attribus d'officier ainsi il peut apparaître comme un recours possible qui passe au dessus voir "transcende" une hiérarchie toute humaine.

    - Etre signe de Dieu et de son Eglise aussi. Le "Padré" célébre la messe bien sûr, il est là aussi pour d'autres sacrements (au cas où). Et il n'est pas rare que si le marin ne se rend pas à l'office il se confie à la prière ou bien il confie une intention. Il est fréquent aussi, qu'à la sortie de la messe, des marins s'inquiétent de savoir si "ça s'est bien passé". Pratiquants ou non, les marins abordent de manière souvent détourné les questions de foi (approches politiques, sociales, morales, ... avec humour ou par provocations) et la présence de l'aumônier permet de le faire simplement alors que leur statut militaire les engage à une neutralité et une discrétion. C'est l'honneur du législateur d'avoir pris en compte la prégnante réalité de la vie spirituelle des hommes et femmes auxquels la Nation demande de servir jusqu'au don suprême de leur vie s'il le faut. L'aumônier catholique, à sa manière, avec eux, au nom de l'Eglise en fait autant.   

          A quoi sert l'aumônier ? à rien de plus qu'un curé, pas plus que la prière. Cette question : "à quoi cela sert-il ?" n'est pas très pertinente en fait ou bien elle peut s'avérer fort dangereuse (un homme très handicapé, parcequ'il ne "sert" à rien, pourrait finir par devenir bien encombrant).
    L'aumônier dans l'armée, dans la marine, n'a pas d'autre utilité que la reconnaissance qu'on lui accorde. Cette faiblesse c'est sa grandeur ! (2Co12,10)  

    Aumônier de la Marine, à quoi sert-il ?


    2 commentaires
  • Badges et Ecussons militaires

    Badges et Ecussons militaires

    Badges et Ecussons militaires

     

    Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires Badges et Ecussons militaires


    votre commentaire
  • BdD de Montlhéry

    BdD de Montlhéry

    BdD de Montlhéry

    BdD de Montlhéry

    BdD de Montlhéry


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     L'association CAP VRAI regroupe des passionnés de la mer désirant partager avec autrui leurs valeurs chrétiennes de respect, de solidarité et d'accueil dans l'esprit d'entraide, d'estime mutuelle et de tolérance propre au monde maritime.

          CAP VRAI a été fondé en 1976 par le Père Yves Mesnard, un dominicain, dont toute la vie a été consacrée à l'apostolat maritime. Le développement spectaculaire de la plaisance, au cours des années 70 l'avait amené à se poser la question : "L'homme s'épanouit-il dans ce loisir,au coeur de l'environnement merveilleux que Dieu lui offre ?"

             Nos buts sont:

    • D'apporter une présence chrétienne lors de manifestations nautiques
    • Aider à l'épanouissement des personnes en organisant, pour les adhérents et pour des associations, des réunions et des sorties en mer sur les bateaux des membres.
    • Créer et animer des escales offrant un accueil, une écoute et une activité spirituelle dans un environnement marin.

         CAP VRAI est implanté Ille de France et sur les côtes françaises, en Méditerranée et en Atlantique. Ses différentes escales offrent au visiteur un accueil, une écoute, ainsi que la possibilité de sorties en mer par petits groupes, aussi bien pour les jeunes que pour les adultes.

         Tout se fait dans un esprit d'amitié, de joie partagée, dans le respect de "la loi de la mer" et de son environnement.

     

    HISTORIQUE CAP VRAI
    Dans les années 1970, le Père Yves Dominique Mésnard, dominicain, ayant exercé tout son ministère dans la Marine, fonde JEUNESSE et MARINE. Ensuite il prend conscience du formidable développement de la marine de plaisance. Cela lui inspire deux réflexions :
    « La mer est source de beauté et de contemplation. Elle ouvre à l’homme la chance de découvrir une dimension spirituelle sans laquelle il ne peut vraiment survivre »
    « L’homme s’épanouit il dans ce loisir au coeur de l’environnement merveilleux que Dieu lui offre »
    Ces réflexions l’amènent à réaliser qu’il est nécessaire d’assurer une présence chrétienne dans la marine de plaisance.
    1976 Création ce CAP VRAI. Chaque dimanche du Salon Nautique de Paris une messe est célébrée dans l’enceinte du salon.
    1979 Création d’une première escale au fort de l’Alycastre sur l’ile de Porquerolles. En juillet et aout c’est un lieu d’accueil et de rencontre pour les plaisanciers. La messe y est célébrée presque tous les soirs. Le fort accueille également des groupes de jeunes.
    1983 Michel Riousse crée CAP VRAI Atlantique. Avec l’aide de Jean Pierre de Trogoff et d’un ostréiculteur il aménage la base du fort de l’ile d’Hoëdic en baie de Quiberon. Coopération avec le conservatoire du littoral pour son exposition. Accueil de nombreux visiteurs. Début des permanences d’été pour les membres de CAP VRAI.
    1987 Rappel à Dieu du Père Mesnard. Alain Baule prend la responsabilité de CAP VRAI.
    1989 Journées mondiales de la jeunesse à Saint Jacques de Compostelle. Plusieurs membres de CAP VRAI, accompagnés par Christian Darantière, participent à la Flottille « SAINT JACQUES » qui rallie La Corogne après une escale aux Sables d’Olonne.
    1990 Création de l’escale de Vendée aux Sables d’Olonne par les Pères Claude Babarit et Denis Broussat. Cette escale est rattachée à Cap Vrai Atlantique.
    1991 La Marine Nationale ne renouvelle pas le bail du fort de l’Alycastre. Apparition de Cap Vrai Manche avec le père Brard à Cherbourg.
    1993-1994 Création de la FEDERATION. Décès du Commandant Alain Baule. Des débats longs et souvent passionnés s’engagent
    pour définir une nouvelle structure de CAP VRAI. Les pères Eric Le Forestier et Brard, Christian Darantière, CAP VRAI Atlantique participent à ces débats. Ils aboutiront à la création de La FDERATION des ASSOCIATIONS CAP VRAI. Elle sera présidée par Jean Claude Langlet. L’association CAP VRAI d’origine devient CAP VRAI Ile de France. Cap Vrai Méditerranée ne participe pas aux débats. Peu de temps après elle disparaît.
    Après quelques contacts .CAP VRAI Manche ne donne plus signe de vie.
    1993 DEBUT DES NAVIGATIONS
    CAP VRAI commence à travailler avec différents organismes sociaux en mettant à leur disposition les bateaux des adhérents. Début de la participation au pardon de Notre Dame du Croisty le 15 aout.
    1994 LE MILLE SABORDS. CAP VRAI prend un stand au salon du Mille sabords au Crouesty.
    1998 Une messe est célébrée au salon du Mille Sabords.
    1999 LE SPI OUEST France. En étroite collaboration avec la paroisse de La Trinité sur Mer CAP VRAI organise une messe pour les participants au «Spi Ouest France ».
    L’escale de Vendée devient « Mer et Bible » toujours avec le soutien du Père Claude Babarit.
    2000 Arrivée de l’équipe des religieuses « Du Vent dans les Voiles ». Pour le Grand Prix du Crouesty à la Pentecôte une messe est célébrée à la chapelle du Croisty.
    2002 En collaboration avec la Pastorale du Tourisme des Charentes Maritimes présence au Grand Pavois de La Rochelle. Le dimanche une messe est célébrée sur un vieux gréement au milieu des bateaux. Ensuite cette messe sera célébrée sur la plage au milieu de « l’espace glisse ».
    2004 Renaissance de CAP VRAI Méditerranée à Marseille.
    2005 Démarrage d’une escale Cap Vrai à Toulon.
    2006 Grand Pavois de La Rochelle : Action commune avec la Mission de la Mer et la Pastorale du Tourisme des Charentes Maritimes et les Scouts et Guides de France.
    2009 Dissolution de CAP VRAI Méditerranée. Marseille et Toulon deviennent une
    escale de CAP VRAI Atlantique.

     


    votre commentaire
  • Evénement mondial  très rare !

    Une photo rarissime !

    Championat International de sous-marins

    Et oui, je sais c'est pas drôle pour celui qui cherche vraiment mais ça me démangeais de vous faire la plaisanterie

    Ha Ha Ha !!!


    votre commentaire
  • Corymbe - Siroco 2010

    Corymbe - Siroco 2010

    Corymbe - Siroco 2010


    1 commentaire
  • BIBLIOGRAPHIES

    Les larmes du drapeau

    J’ai longuement flotté sur les champs de bataille,
    Résistant bravement aux coups de la mitraille ;
    Maintes fois ma voilure épongea dans le vent
    Le sang des soldats morts, les pleurs des survivants.

    Au sommet du pays je dressais mes couleurs,
    Témoignage vibrant de la Foi, de l’Honneur.
    Les anciens devant moi soulevaient leur chapeau,
    Qu’y a-t-il de plus beau que l’amour d’un drapeau ?

    Mais la honte survint par un soir gris d’hiver :
    Ma hampe fut brisée par des mains étrangères.
    Lacérés, mes beaux plis sanglotaient en silence
    En voyant que ces doigts s’attaquaient à la France.


    Devant la foule haineuse, on me jeta à terre.
    Un instant je pensais : « nous sommes donc en guerre ! »
    Mais en guerre un étendard a ses défenseurs,
    Ici nul n’accourut pour calmer ma douleur !

    Les uniformes bleus trépignaient de colère,
    Mais leur chef, tout là-haut, préservant sa carrière,
    Me laissa sans mot dire aux mains de mes bourreaux :
    Je mourus sans qu’une arme quitte son fourreau.


    Ce soir je regrettais de porter ces couleurs,

    Car une part de la France est morte dans mes pleurs.

    Quand mon pays me laisse ainsi succomber, seul,

    Je ne suis plus drapeau, mais je deviens linceul.



    Lieutenant-colonel Michel BRAULT

    Place du Capitole à Toulouse, le 18 novembre 2009, des hordes d’Algériens (pardon, de Français d’origine algérienne) prennent prétexte d’un match de football de leur pays (pardon, de leur pays d’origine) pour arracher le drapeau tricolore, le brûler et le remplacer par leur torchon croissanté. Les autorités interdisent à la police d’intervenir pour ne pas « créer de désordre »… Si je parlais ici en tant que Joyeux Rebelle, ce n’est pas ma plume que je saisirais mais une arme de guerre. Pour ne pas « créer de désordre », je laisserai le drapeau exprimer lui-même son amertume de n’être plus défendu sur son propre sol.

    (Le Lieutenant-colonel Michel BRAULT est ancien élève de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr,  Chevalier de la légion d’honneur,  Officier de l’ordre national du mérite, Citation à l’ordre de la division avec attribution de la croix de guerre des théâtres d’opérations extérieurs avec étoile d’argent, Médaille outre-mer agrafe Tchad, Médaille outre-mer agrafe vermeil Moyen-Orient, Médaille d’argent de la défense nationale, Médaille saoudienne de libération du Koweït)

     

    ________________________________________________________________

     

    Lettre de désaccord adressée au Procureur de la République de Nice, suite à la sélection par la FNAC d'une photo insultante pour le drapeau français et donc pour la Patrie. (document transmis par un haut fonctionnaire de la Police)

    Monsieur le Procureur de la République de Nice,

    « On peut rire de tout, observait Desproges, mais pas avec tout le monde. » L’aphorisme fut assez commenté pour n’y point revenir, sinon pour observer que c’est bien le sens du verbe rire qui fait aujourd’hui débat.

    Des caricatures de Mahomet, aux arguties sur l’humour réel ou supposé de Stéphane Guillon, en passant par les philippiques qui ont opposé Siné à Charlie Hebdo, tout est affaire de rire.

    Mais s’agit-il encore de rire ? Ne s’agit-il pas plutôt de ricanement ? «méprisant et sarcastique », ou alors « stupide, sans motif ou par gêne » dit le dictionnaire.

    Je ne m’aventurerais pas, Monsieur le Procureur, à pleurnicher sur un passé magnifié et comme tel réputé meilleur que le présent. Mais je vous pose cette question, autant que je me la pose : au sortir de deux générations de «bienpensance», qui ont donné au ricanement le statut de l’expression politique et de l’élégance stylistique, existe-t-il encore aujourd’hui des valeurs sacrées ?

    Il arrive parfois qu’en dépit des méthodes pédagogiques en vigueur, certains élèves

    aient retenu quelques bribes de l’enseignement moral qui leur fut dispensé.

    Il arrive également que, parvenus à l’âge adulte, ils éprouvent le besoin de transmettre à leur tour les valeurs qu’ils tiennent pour essentielles : tous ces mots que symboliquement on «emmajuscule», histoire de signifier la grandeur dans laquelle on les tient. Ainsi Paix, Justice ou Liberté ; ainsi Patrie, Nation, République... il y en a bien

    d’autres.

    Certes, l’effet de mode existe et ce qui force un jour le respect, peut, dès le lendemain, être vidé de sens. Mais considérer que, parce que les envolées de Déroulède font aujourd’hui sourire, le patriotisme doit absolument déclencher l’hilarité, relève du sophisme.

     Un jeune photographe participe à un concours photo organisé par la FNAC de Nice sur le thème « politiquement incorrect ». Son cliché représente un homme de dos,

    pantalon sur les chevilles, se torchant le cul dans un drapeau français.

    Après que diverses personnes physiques ou morales se furent émus de cette provocation, plainte fut déposée auprès du Procureur de la République et la photo retirée. L’affaire ne serait que lamentable si elle en restait là.

    Les réactions des protagonistes la rendent surréaliste !

    L’auteur du cliché affirme qu’il n’y a « derrière cette photo, aucune provocation politique et qu’à aucun moment il n’a voulu offenser son pays. »

    Demandons-nous ce qu’il aurait fourni s’il avait voulu offenser son pays !

    Le courageux commerçant directeur de la FNAC se fend quant à lui d’une formule

    de circonstance : « sincèrement désolé ».

    Mais c’est à vous, monsieur le Procureur de la République, que revient la palme de

    l’indignité, pour avoir déclaré irrecevable la plainte au prétexte que ce cliché constituait une "oeuvre de l'esprit" (sic)

    Ainsi, Monsieur le Procureur de la République, vous estimez que le fait de s’essuyer

    le cul sur le symbole de la Nation relève de la création intellectuelle !

    A la réflexion, cela prouve deux choses : d’une part à quel niveau anatomique vous

    situez l’esprit, ce qui est passablement inquiétant chez un représentant de la Justice ;

    d’autre part le mépris dans lequel vous tenez ceux qui sont morts, meurent et mourront sous ce même drapeau.

    Ce qui m’incite à clore cette missive en vous disant, Monsieur le Procureur de la République, qu’au sens le plus littéral du terme, je vous emmerde. Vous voudrez bien prendre en compte qu’il s’agit de ma part, non d’une œuvre intestinale mais purement intellectuelle et que je n’encours par conséquent de votre part qu’un classement sans suite.

    Hugues Vial

    BIBLIOGRAPHIESBIBLIOGRAPHIES

    Ce scandale devrait nous inciter à nous rendre plus nombreux aux différentes fêtes nationales et patriotiques afin d'honnorer tous ceux qui sont morts sous le drapeau. Cette attitude vaudrait bien plus que toutes les consultations politiques sur la question de l'identité nationale. 

    BIBLIOGRAPHIES

     

     

     

     

    BIBLIOGRAPHIES


    1 commentaire
  • Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale


    votre commentaire
  • Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale

    Ecole Navale


    votre commentaire
  • Là-bas dans l'orbe vide des vents
    Les flancs toujours  livrés aux tempêtes
    L'enfer du phare crie au malheur

    Au large l'océan sent la peur
    Comme des torrents les vents se dressent
    Tout est douleurs bruits déferlantes

    Le phare en mer le coeur inquiet
    Son jour sa nuit connaissent l'épreuve
    L'âme rivée aux vents abimés.

    (Jean-Pierre BOULIC
    Ds Minihi Levenez n°114-115)


    votre commentaire
  • Un ouvrage intéressant à lire. L'auteur, le colonel VERBOG, aborde, entre autre, le rôle de l'aumônier au cours de l'opération Harmattan au cours de laquelle je servis.


    votre commentaire
  •   

    FOYER DE LA MARINE NATIONALE - (AsFoy)

     

    FOYER DE LA MARINE NATIONALE - (AsFoy)

     

     

     

     

     

      

    FOYER DE LA MARINE NATIONALE - (AsFoy)

     BREVE HISTOIRE DES FOYERS DE LA MARINE

    (AsFoy : Assistants de Foyers de la Marine Nationale)

     FOYER DE LA MARINE NATIONALE - (AsFoy)

    En 1912, un armateur grec, Basil Zaharoff, "scandalisé par la vue de tant de cols bleus déambulant dans les rues de Toulon sans autres possibilités d'accueil que les bistrots de la vieille ville", offre 300 000 francs or à la Marine pour construire un "Abri du marin" où puissent aller les matelots pour y passer la nuit dans des conditions de confort convenable".

     

    Durant la Grande Guerre le soutien aux soldats est l'œuvre de la société des Foyers du soldat devenue société des foyers de l'Union Franco-Américaine (U.F.A.). A Toulon, un premier "Foyer du marin et du soldat" appartenant à l'U.F.A. est inauguré le 4 janvier 1919 et M. Georges Elisée Grandperrin en prend la direction en mai 1919.

    Cependant, les plans du projet de Basil Zaharoff n'avaient pas disparu dans la tourmente de la première guerre mondiale et G.E. Grandperrin participa activement à leur révision qui déboucha en 1923 à la pose de la première pierre d'un nouveau Foyer par le Président de la République lui-même, M. Millerand !

    Ce Foyer, dénommé "Foyer des équipages de la flotte" fut inauguré en 1926. Il ne reste aujourd'hui de cet établissement (qui comprenait de vastes installations sportives) que les tribunes du stade Amiral Jauréguiberry qui jouxte l'actuel Cercle du Marin.

     

    L’origine de l’organisation des Foyers de la Marine nationale remonte implicitement au décret du 20 janvier 1940 portant réglementation des Cercles Navals, Cercle-Mess et des Foyers des Equipages de la Flotte.

    Toutefois, ce n’est que le 13 novembre 1945, que le Ministre de la marine, M. Louis Jacquinot, signe l'arrêté de création du Service Central des Sports et Foyers qui a dans ses attributions "les questions relatives aux distractions du personnel de la Marine et à l'utilisation de ses loisirs en vue de son perfectionnement moral et intellectuel" afin de coordonner une action laissée jusqu'alors à l'initiative de chaque commandant d'unité.

    En réalité, la marine à cette époque pouvait faire référence à l'expérience menée à Toulon depuis 1926 sous l’impulsion de G.E. Grandperrin qui dirigea le Foyer des équipages de la flotte jusqu’au 27 novembre 1942, jour du sabotage de la flotte.

    Rendue célèbre par des générations de marins, cette première réalisation devait servir de modèle pour l'ensemble des Foyers.

     

    Dès 1945, les Foyers des Equipages de la Flotte s'implantent progressivement dans les ports.

    Un Foyer des Equipages de la Flotte (F.E.F.) comporte normalement les éléments suivants : un certain nombre de "Foyers", situés ou non dans des unités militaires et appelés "Foyers annexes".

    Le Foyer annexe situé en ville, qui est généralement ouvert aux militaires des trois armées, s'appelle "Foyer principal" ; deux "Services centralisés" : Service Educatif  Récréatif et Service Sportif. Généralement situés en ville, au siège du F.E.F. leur rôle essentiel est de satisfaire aux principaux besoins des Foyers annexes et, accessoirement, à ceux des unités, bâtiments et services de la région ou de l'arrondissement maritime : spectacles, distractions diverses, cours, activités culturelles, épreuves sportives, etc ; une "Direction des Foyers", chargée de l'administration générale de l'ensemble des Foyers annexes et Services centralisés.

    L’activité des Foyers annexes s’exerce dans les domaines les plus divers, tant sur le plan récréatif, éducatif ou sportif (jeux, théâtre, cinéma, conférences, cours, bibliothèques, sports, etc…) que sur le plan des commodités matérielles (bar et bimbeloterie).

    En outre, l’implantation de chacun d’eux et les usagers auxquels ils s’adressent, amènent en pratique une très grande diversité dans les réalisations.

    De 1950 à 1960, les Foyers annexes se multiplient pour atteindre le chiffre d’une centaine. Leur implantation géographique est très large, et pendant les temps de crise les Foyers ont eu un rôle important à jouer pour soutenir le moral du personnel.

     

    Pour diriger ces organismes un corps de personnel compétent et spécialisé fut créé.

    Organisé, dès 1946 sous statut de personnel civil, le recrutement du personnel de direction des foyers s’ouvrira progressivement, à partir de 1963, au personnel militaire certifié « assistant de foyer ». Au même moment, le corps du personnel civil est mis en voie d’extinction.

    En 1971, la spécialité d’assistant de foyer est créée. Le recrutement interne au sein de la Marine par changement de spécialité d’officiers mariniers sera longtemps privilégié, mais les appelés du contingent servant comme assistants de foyer fourniront également une ressource de qualité pour ce recrutement.

    L’ensemble du personnel recruté l’est alors au titre d’Agent militaire de la marine – branche marin de port – groupe des assistants de foyers.

    Suivant l’évolution des statuts, ce personnel intégrera ensuite le corps des équipages de la flotte comme officiers mariniers et, parmi eux, certains accéderont au corps des officiers (officiers techniciens – officiers spécialisés) pour servir comme directeurs de foyer.

    Ces dernières années, des postes d'officiers sont également ouverts par recrutement externe.

    Ainsi, la Marine a été la seule armée à former un personnel spécialisé pour diriger et animer ses Foyers, aujourd'hui dénommés « Cercles », dont la vocation sociale, culturelle, éducative et de loisir s'est élargie aux familles. Ce personnel porte sur le côté droit de sa veste d’uniforme l’insigne des foyers.

     FOYER DE LA MARINE NATIONALE - (AsFoy)

    Extrait du site de l’APCFM

    (Association des Personnels des Cercles et Foyers de la Marine)

      

     

    Georges, Hippolyte, Edouard et Elisée GRANDPERRIN
    Né le 18 mai 1890 à Orthez - Décédé le 30 décembre 1971 à Nice
    (Père spirituel des Foyers de la Marine nationale)...
    + d'infos sur http:// www.amicale-foyers-marine.org/ index.php/grandperrin/articles/ grandperrin.html


    2 commentaires

  • votre commentaire
  • CE QUE J'EN DIS


    votre commentaire
  • L'HUMOUR EN MER

    L'HUMOUR EN MER

     

    L'HUMOUR EN MER

     

    L'HUMOUR EN MER

     

    L'HUMOUR EN MER

     

    L'HUMOUR EN MER

      

    L'HUMOUR EN MER

    L'HUMOUR EN MER

     

    L'HUMOUR EN MER

     

    L'HUMOUR EN MER

     

    L'HUMOUR EN MER

     

    L'HUMOUR EN MER

    HUMOUR DE MARIN

    HUMOUR DE MARIN

    HUMOUR DE MARIN


    HUMOUR DE MARIN


    HUMOUR DE MARIN


    HUMOUR DE MARIN


    HUMOUR DE MARIN

    L'HUMOUR EN MER

    L'HUMOUR EN MER


    votre commentaire
  • LA GENDARMERIE

    LA GENDARMERIE

    LA GENDARMERIE

    LA GENDARMERIE

    LA GENDARMERIE

    LA GENDARMERIE

    LA GENDARMERIE

    LA GENDARMERIE

    LA GENDARMERIE


    votre commentaire
  • * La Mer est ton choix. Elle te convie, comme tous les gens de mer à recevoir sa Loi.
    * On ne trompe pas la Mer. Chez elle s'impose toujours la franchise et la loyauté.
    * La Mer est un lieu de solidarité. C'est ensemble qu'on l'affronte. La fraternité de la Mer se vit par l'entraide, le repect mutuel. La tolérance.
    * La mer impose le soin. L'ordre doit régner sur le bord. Du désordre viendrait la panique.
    * Les gens de la Mer sont les maîtres. Leur expérience n'a pas de prix pour toi.
    * La Mer est un lieu de beauté. Que sa pollution te soit intolérable. Savoures l'harmonie et la splandeur toujours changeantes du Ciel et de la Mer. Tu habites le plus beau domaine.
    * La Mer dispose pour toi un large espace de silence. Si tu es croyant que la méditation affirme tes convictions et ouvr ton coeur. L'étoile de la Mer au-dessus de l'horizon t'invite à te dépasser.

    P. Yves Dominique MESNARD, Sj.
    Fondateur de "Cap Vrai"
    (association de plaisanciers chrétiens)


    votre commentaire
  •  

    LE CONCERVATOIRE ET DEPÔT DES MODELES

    LE CONCERVATOIRE ET DEPÔT DES MODELES

    LE CONCERVATOIRE ET DEPÔT DES MODELES

     

     

    LE CONCERVATOIRE ET DEPÔT DES MODELES

    LE CONCERVATOIRE ET DEPÔT DES MODELES

    LE CONCERVATOIRE ET DEPÔT DES MODELES

    LE CONCERVATOIRE ET DEPÔT DES MODELES

    LE CONCERVATOIRE ET DEPÔT DES MODELES

     

     

     

     


    votre commentaire
  •    

    LES "ABRIS DU MARIN"

      C'est en 1898 qu'apparurent, sur les côtes de Bretagne, les premiers "Abris du Marin". Créés pour accueillir les pêcheurs isolés, et particulièrement ceux qui étaient en escale et qui n'avaient que le cabaret pour seul refuge.
    L'inspiration chrétienne ne fait aucun doute si l'on considère la devise qui figurait sur le fronton de l'abri de Douarnenez : "Karet an eil éguilé" (Aimez-vous les uns les autres).
    L'initiative reçu un franc succès puisqu'en 1921, vingt trois ans après sa naissance, onze abris jalonnaient la côte bretonne de Roscoff à Belle-île.

         Les abris du marin sont nés en même temps que de nombreuses autres oeuvres sociales chrétiennes (en particulier celles des patronages, conférences et cercles catholiques, ... ).
    L'"Abri du Marin" proposait l'hospitalité aux marins (chambres collectives, réfectoires) qui, de plus, se voiaient proposer une salle de lecture, des cours gratuits et des conférences portant sur la navigation, la pêche, les enjeux de santé (tuberculose et syphilis), la morale, ...
    L'usage de devises telles que : "eau de vie pour le marchand, mais ôte-vie pour le client" y était fréquent. Ne peut-on pas y voire l'ancêtre de nos actuelles campagnes de prévention ?
    Certains "Abris du Marin" metttaient aussi à disposition du matériel et un atelier de réparations.

         Afin de bénéficier de ce lieu d'assistance et de chaleur une cotisation annuelle modeste était demandée. Pour qu'y règne la paix et la sérénité, la politique et l'alcool y étaient bannis.

    LES "ABRIS DU MARIN"

    LES "ABRIS DU MARIN"

     

     

    LES "ABRIS DU MARIN"

     

    LES "ABRIS DU MARIN"

    LES "ABRIS DU MARIN"

    LES "ABRIS DU MARIN"


    votre commentaire
  • LES BENEDICTIONS DE LA MER, DES MARINS ET DES BATEAUX

     

               Les bénédictions de la mer, des marins, le grand pardon de Granville, la prière pour les péris en mer sont encore nombreux dans divers diocèses :

     

                Il reste que cette pratique n’existe pas, ou plus, partout. On pourrait souhaiter que la plupart des ports bénéficient d’une bénédiction.

        

                Les bénédictions de la mer sont l’occasion d’un lien fort avec les marins, professionnels ou plaisanciers, public parfois difficile à rencontrer. La SNSM (Société Nationale des Sauveteurs en Mer) qui allie le double statut associatif et institution officielle est un partenaire bienveillant quand il n’est pas lui-même demandeur. D’autres institutions ou associations peuvent être sollicitées tels que la capitainerie du port ou le Yacht club.

     

                Ces bénédictions ont le double avantage, au moins, d’être le signe concret que « rien de ce qui est humain n’est étranger à l’Eglise » (Lumen Gentium), les activités de la mer en font donc partie, et d’offrir une opportunité de rencontrer, croiser au moins, un grand nombre d’hommes, de femmes et d’enfants grâce à une célébration liturgique qui bénéficie souvent d’un fort crédit de sympathie. Ces manifestations publiques de l’Eglise peuvent paraître, à l’avis de certains, bien superficielles sinon folkloriques mais nous pensons qu’elles sont de ces occasions pour les paroisses de garder un contact populaire et festif qui prédisposent le plus grand nombre des concitoyens à passer un jour la porte des accueils paroissiaux pour d’autres demandes.

     

                L’organisation pratique de ces bénédictions n’est pas à négliger. La forme concrète de la bénédiction dépend de l’environnement selon que les bateaux se trouvent à quai, en mouillage ou sur la plage (directement conduit par un tracteur).

    Il faut aussi tenir compte des marées (C’est le cas pour décider de la date de la fête décennale Saint Vaast la Hougue, par exemple). En effet, le lancer d’une croix ou d’une gerbe depuis un quai à marée basse peut certainement faire perdre de la beauté et de la solennité du geste.

    Les aléas météorologiques sont aussi à prendre en compte et les organisateurs seront inspirés d’envisager à l’avance un « scénario catastrophe » qui permettra de garantir toujours la solennité de la bénédiction. S’interroger sur ce qui peut-être déployé au cas où, par gros temps, les bateaux ne puissent pas sortir ; éviter une bénédiction avec le bénitier un jour de pluie, …etc.

     

                Selon les sensibilités liturgiques, le célébrant choisira la forme de la mise en œuvre. Mais il nous semble opportun d’encourager tout ce qui contribue à la solennité des actions liturgiques et paraliturgiques avec les moyens classiques que sont, en particulier, les objets (bénitier, croix de bénédiction, gerbe en forme de croix, croix à jeter en mer, bannières, ostensoir pour une bénédiction du Saint-Sacrement, …) et les vêtements liturgiques (étole au moins, aube, chape, soutane et surplis, …). Ces points d’attention ont un effet fort profitable sur le plus grand nombre y compris les curieux. La prise au sérieux de ces propositions de l’Eglise est proportionnelle à l’engagement et au déploiement dont elle témoigne.

    Il faudra veiller aussi à éviter l’impression de monotonie qui peut se dégager par la répétition uniforme des bénédictions. La diversification des gestes et mouvements peut  faire éviter cet écueil. Dans cette perspective des pistes telles que : organiser un temps de prière, avec appel des marins, autour d’un monument des péris en mer ; prévoir un mouvement des bateaux afin que chacun soit béni par le célébrant ; favoriser la pratique de la décoration des bateaux ; proposer une bénédiction déployée pour les bateaux mis en mer dans l’année, proposer une statuette ou un autocollant de ND des marins ou de St Clément patron des marins, … sont à explorer

     

     

    NB 1 : Nous rappelons l’existence du livre des bénédictions aux éditions Chalet et Tardy.

     
    Père Christophe BOUDEREAUX
    Avril 2009

    Vous pouvez consulter le lien suivant :
    http://catholique-coutances.cef.fr/tourisme/index.php


    1 commentaire

  • votre commentaire
  • Bx Jean-Paul II aux militaires Saint Jean-Paul II aux militaires 

              En accomplissant votre devoir difficile, vous vous trouvez souvent exposés à des dangers et à de lourds sacrifices. Faites en sorte que chacune de vos interventions mette toujours en lumière votre vocation authentique de « serviteurs de la sécurité et de la liberté des peuples, qui concourent au maintien de la paix », selon la belle expression du Concile Vatican II.

    Soyez des hommes et des femmes de paix. Et pour pouvoir l’être pleinement, accueillez le Christ dans votre cœur, auteur et garant de la paix véritable. Il vous rendra capable de cette fermeté évangélique qui permet de vaincre les tentations insidieuses de la violence. Il vous aidera à placer la force au service des grandes valeurs de la vie, de la justice, du pardon, et de la liberté. »

     

    19 novembre 2000

    Jubilé des Militaires et de la Police.

     

     

    Discours du pape François (audience aux Aumôniers militaires 10-2016)

    Chers frères,

    Je suis heureux de vous accueillir à l’occasion du IVe Cours de formation des aumôniers militaires au droit international humanitaire, organisé conjointement par la Congrégation pour les évêques, le Conseil pontifical Justice et Paix et le Conseil pontifical pour le dialogue interreligieux. Je vous salue tous cordialement, à commencer par les cardinaux Ouellet, Turkson et Tauran.

    Vous êtes venus de différents pays pour réfléchir ensemble sur certains des défis actuels du droit international humanitaire, relatif à la protection de la dignité humaine pendant les conflits armés non internationaux et les « nouveaux » conflits armés. Il s’agit, malheureusement, d’un thème d’une grande actualité, en particulier si nous pensons à l’intensification de la violence et à la multiplication des théâtres de guerre dans diverses parties du monde, comme l’Afrique, l’Europe et le Moyen-Orient.

    Dans le cadre de cette formation, vous vous apprêtez à méditer et à échanger vos expériences sur la façon dont votre mission d’accompagnement spirituel des membres des forces armées et de leurs familles peut contribuer à prévenir les violations du droit humanitaire, dans le but de réduire les douleurs et les souffrances que la guerre cause toujours, chez ceux qui la subissent, bien sûr, mais aussi chez ceux qui la font.

    La guerre, en effet, défigure les liens entre frères, entre nations ; elle défigure aussi ceux qui sont les témoins de telles atrocités. De nombreux militaires rentrent après des opérations de guerre, ou de missions en vue du rétablissement de la paix avec de véritables blessures intérieures. La guerre peut laisser en eux une marque indélébile. En réalité, la guerre laisse toujours une marque indélébile. J’ai entendu ces temps-ci les récits de nombreux évêques qui reçoivent dans leur diocèse les soldats partis pour faire la guerre, comment ils rentrent, avec ces blessures.

    Il est donc nécessaire de s’interroger sur les modalités adéquates pour soigner les blessures spirituelles des militaires qui, ayant vécu l’expérience de la guerre, ont assisté à des crimes atroces. Ces personnes et leurs familles requièrent une attention pastorale spécifique, une sollicitude qui leur fasse sentir la proximité maternelle de l’Église.

    Le rôle de l’aumônier militaire est de les accompagner et de les soutenir sur leur chemin, en étant pour tous une présence consolatrice et fraternelle. Vous pouvez verser sur les blessures de ces personnes le baume de la Parole de Dieu qui adoucit les douleurs et donne l’espérance ; et vous pouvez leur offrir la grâce de l’Eucharistie et de la Réconciliation qui nourrit et régénère l’âme affligée.

    Le droit humanitaire se propose de sauvegarder les principes essentiels d’humanité dans un contexte, celui de la guerre, qui est en soi déshumanisant. Il est fait pour protéger ceux qui ne participent pas au conflit, comme la population civile ou le personnel soignant et les religieux, ainsi que ceux qui n’y participent plus activement, comme les blessés et les prisonniers. En même temps, ce droit tend à bannir les armes qui infligent des souffrances atroces autant qu’inutiles aux combattants, ainsi que des dommages particulièrement graves à l’environnement naturel et culturel.

    Pour pouvoir répondre à sa finalité qui est d’humaniser les effets des conflits armés, le droit humanitaire mérite d’être diffusé et promu parmi tous les militaires et les forces armées, y compris les forces non étatiques, comme parmi le personnel de la sécurité et de la police. En outre, il nécessite d’être davantage développé pour faire face à la nouvelle réalité de la guerre qui, aujourd’hui, malheureusement « dispose d’instruments de plus en plus dévastateurs » (Laudato si’, 104). J’espère que les moments de discussion prévus dans votre cours pourront contribuer à une recherche courageuse de nouvelles voies dans cette direction.

    Toutefois, en tant que chrétiens, nous restons profondément convaincus que le but ultime, le plus digne de la personne et de la communauté humaine, est l’abolition de la guerre. Nous devons donc toujours nous engager à construire des ponts qui unissent et non des murs qui séparent ; nous devons toujours aider à chercher une lueur pour la médiation et la réconciliation ; nous ne devons jamais céder à la tentation de ne considérer l’autre que comme un ennemi à détruire, mais plutôt comme une personne, dotée d’une dignité intrinsèque, créée par Dieu à son image (cf. Evangelii gaudium, 274). Même au cœur de la destruction de la guerre, nous ne devons jamais nous lasser de nous souvenir que « chaque être est immensément sacré » (ibid.).

    En ce temps où nous vivons une « troisième guerre mondiale par morceaux », vous êtes appelés à nourrir chez les militaires et leurs familles la dimension spirituelle et éthique qui les aide à affronter les difficultés et les interrogations souvent déchirantes inhérentes à ce service particulier rendu à la patrie et à l’humanité.

    Je désire saluer aussi quelques personnalités éminentes qui ont été invitées à offrir leur compétence et expérience dans le domaine du droit humanitaire et qui contribuent à éviter et à soulager de grandes souffrances. Je les remercie. Je veux vous assurer de ma proximité dans la prière et je vous accompagne avec ma bénédiction que je vous donne en vous rappelant, à vous aussi, aumôniers, la nécessité de la prière. Les aumôniers doivent prier. Sans prière, il n’est pas possible de faire tout ce que l’humanité, l’Église et Dieu nous demandent en ce moment. Posez la question à vos aumôniers, posez-vous la question à vous-mêmes : combien de temps est-ce que je donne par jour à la prière ? La réponse fera du bien à tout le monde. Et je vous donne à tous de tout cœur la bénédiction, ainsi qu’à ceux qui sont confiés à votre sollicitude pastorale. Et s’il vous plaît, n’oubliez pas de prier pour moi.

    © Traduction de Zenit, Constance Roques

     


    votre commentaire
  • Maillot de Matelot

    Maillot de Matelot

     

    Maillots de Matelots

    Maillots de Matelots

    Maillots de Matelots

     

    Maillots de Matelots


    votre commentaire